2010 - ARTICLES DE PRESSE SUR LA RANDO

MAI, UN MOIS RICHE POUR LES CYCLOS - LA VOIX DU NORD - VENDREDI 14.05.2010

SAINT-AMAND-LES-EAUX

Le dimanche 2 mai, les quarante membres de Saint-Amand-les-Eaux Cyclo ont accueilli quelque

Photo : Daniel Dehove préside Saint-Amand-les-Eaux Cyclo.

Deux cents cyclotouristes, qui ont bravé le froid et la pluie - conditions malheureusement rencontrées hier encore - pour participer à la randonnée La Thermale sur les routes de l'Amandinois et de la Pévèle. Les clubs voisins (Orchies, Raismes, Somain, Denain-Gare du Nord, etc.) ont répondu présent, tout comme les Belges, et notamment les membres de l'Audax de Tournai avec leur plus fidèle représentant, le webmaster André Tignon.
Une semaine plus tard, samedi 8 mai, une grande partie des membres du club ont rendu la pareille aux amis tournaisiens en prenant part à la troisième édition de la " Grinta ", qui a rassemblé 2 720 cyclos à Tournai, lesquels ont sillonné les routes des monts de Frasnes et des collines d'Ellezelles.

Avec les Amis de Jean Stablinski, le 30
Les membres de Saint-Amand-les-Eaux Cyclo seront à nouveau sur le pont le dimanche 30 mai, puisque le club apportera comme l'an passé son appui logistique et technique à la randonnée cyclotouriste organisée par les Amis de Jean Stablinski au départ (à partir de 8 heures) du site minier d'Arenberg.
Les parcours de 105 et 70 km emprunteront les tronçons pavés de la troisième étape du Tour de France pour revenir à Arenberg. Un plus pour la randonnée.

Pour tout renseignement sur le club, prendre contact avec son président, Daniel Dehove, au 06 08 61 85 69, ou se présenter le dimanche matin, à 8 heures, au départ de la grand place ou le jeudi matin, à 9 heures, à la sortie des anciens.

En souvenir de Jean STABLINSKI : pratiquants et anciens champions - Lundi 24.05.2010 - La Voix du Nord

L'AGENDA DE LA SEMAINE

Jean STABLINSKI, disparu depuis bientôt trois ans, était l'un et l'autre : un ancien champion et ...

un toujours pratiquant, de cette bicyclette dont il était un dévoué serviteur. Pour lui, dans ce qui est comme une journée du souvenir, pratiquants et anciens champions sont donc attendus dimanche prochain sur le site minier d'Arenberg, à l'invitation des Amis de Jean STABLINSKI, que préside Jean-Marie Leblanc.
C'est la grande famille du cyclisme qui sera réunie. Trois parcours seront proposés aux cyclotouristes : 100, 70 et 40 km. Double originalité de cette deuxième édition de la randonnée : pour tous, un départ groupé ; et pour les deux plus longs parcours, arrivée du Tour de France sur le même site oblige, la reprise des quarante derniers kilomètres de l'étape du 6 juillet, avec ses quatre secteurs pavés en particulier. Les vététistes, eux, en finiront sur les 50 km par là... où le Tour ne passera pas : la trouée.

Trois anciens champions du monde sont annoncés, entre autres : André Darrigade, Joop Zoetemelk - qui a aussi gagné le Tour en 1980 - et Luc Leblanc. Des anciens qui sont toujours, pour certains, des pratiquants : Zoetemelk, Leblanc et le meilleur grimpeur du Tour 80 Raymond Martin se sont engagés à faire les 100 km.

B. D.

Randonnée des Amis de Jean STABLINSKI : en groupe et sur le parcours du Tour ! - Samedi 29.05.2010 - La Voix du Nord

CYCLOTOURISME
Photo : Lors de la présentation par Jean-Marie Leblanc; à g. Jacques STABLINSKI.

Deuxième édition ce dimanche de la randonnée voulue par les ...

Amis de Jean Stablinski. De la première, ils n'ont gardé que la date : le dernier dimanche de mai. Important de s'y tenir, pour fixer une habitude de rendez-vous auprès des pratiquants. Pour le reste, les " Amis " - assistés de Saint-Amand Cyclo pour la route, de l'US Valenciennes-Marly pour le VTT - innovent déjà. Au niveau de la formule : les trois parcours routiers seront effectués en groupe, à la manière des " audax ", ce dont n'ont plus du tout l'habitude les cyclos du dimanche matin. Jean-Marie Leblanc y voit trois avantages : donner un effet de masse à la participation, améliorer l'ambiance et faire rentrer tout le monde à peu près dans la même fourchette horaire.

Innovation quant au parcours. Le site minier accueillera le 6 juillet l'arrivée de la 3e étape du Tour de France, et il ne fallait pas se priver d'emprunter la fin de parcours. Ce sera donc fait sur les 100 et 70 km, avec les quatre secteurs pavés (Sars, Tilloy, Wandignies, Haveluy), soit 9 900 m : de cela non plus, les cyclos n'ont pas l'habitude, mais, allez ! Pour une fois, ça ne se refuse pas... T comme Tour de France, T comme tranchée aussi : avec ses 2 400 m, elle sera, elle, au menu du plus petit parcours cyclo, ainsi que des 50 km VTT. Et T comme terril : celui du lavoir Rousseau figurera lui aussi sur le grand circuit VTT.
Jean-Marie Leblanc a dit par ailleurs avoir " tiré la leçon " de l'édition initiale : l'inscription pour les cyclos a été ramenée au montant en vigueur dans nos randos dominicales, soit deux euros.
Enfin, cette journée sera aussi celle du souvenir et de l'amitié, et Jacques Stablinski a ainsi obtenu la venue de Joop Zoetemelk, Luc Leblanc et Raymond Martin, qui feront les 100 km, ainsi que d'André Darrigade, de Georges Groussard, François Mahé, Henri Duez, Henry Anglade, Christian Raymond et Raymond Riotte. De grands anciens mêlés aux cyclos anonymes, voilà encore quelque chose d'exceptionnel... o B. D.
Randonnée des Amis de Jean Stablinski, dimanche, au site minier d'Arenberg : Cyclo : départs groupés à 7 h 45 pour les 100 km, à 8 h 15 pour les 70 km, à 9 h pour les 50 km. Inscription : 2 E.
VTT : 50 km : départ groupé 9 h, inscription 5 E et 3 E (moins de 15 ans) ; 17 km : départ groupé 9 h 45, 2 E.

Renseignements : Tél : 06 76 77 43 83 ; www.jeanstablinski.info

La Randonnée Jean Stablinski, un rendez-vous toujours apprécié - Mardi 01.06.2010 - La Voix des Sports

CYCLISME

Ils sont venus, ils sont tous là. Des centaines de coureurs ont répondu à l'appel de l'association " Les Amis de Jean Stablinski "

Photo : Luc Leblanc et Joop Zoetemelk ont effectué le déplacement, en souvenir de leur ami"Stab".

Pour une randonnée bien sympathique, comme les aimait l'ancien champion du monde (bientôt 48 ans : le 2 septembre 1962 à Salo).
Avec la collaboration du club Cyclo de Saint-Amand pour les parcours route et l'USVM pour les parcours VTT, l'association que préside Jean-Marie Leblanc, épaulé par Jacques Stablinski le fiston de Jean, présentait plusieurs parcours au départ du site minier de Wallers-Arenberg, endroit d'où la tension monte chaque jour à l'approche de l'arrivée de la troisième étape du tour de France le 6 juillet prochain (ce dimanche nous étions à J-37). Dans la cour de la fosse, on pouvait côtoyer plusieurs anciennes gloires comme Joop Zoetemelk, Raymond Martin, Luc Leblanc, Georges Groussard, François Mahé, Henri Duez, le local Robert Mintkiéwicz. Mais également Raymond Riotte, Henri Anglade et André Darrigade qui ne se sont pas aventurés sur les circuits mais qui s'étaient déplacés pour leur ami " Stab ".
La tranchée pour les VTT
D'importants pelotons, anciennes gloires en tête, se sont élancés pour les 100 et 70 km, dont le final était corsé avec les quatre derniers secteurs pavés (Sars-et-Rosières, Tilloy-les-Marchiennes, Wandignies-Hamage et Haveluy) de la future étape de la Grande Boucle. Une étapequi fera assez mal, aux dires de Marc Madiot dernièrement lors de la reconnaissance avec son équipe de la Française des Jeux.
Quant aux 40 km et du 50 km VTT, ils eurent au menu la célèbre tranchée d'Arenberg.
Après tous ces efforts, direction la stèle de Jean Stablinski à l'orée de la forêt pour un dépot de gerbe, avant un repas en commun sur le site minier où les commentaires et souvenirs allèrent bon train... à grand coups de braquets. o R. P. (CLP)

LE JOUR OÙ...ä L'ESSENTIEL - La Voix du Nord - Edition du dimanche 30 mai 2010

Le dimanche 2 septembre 1962, le coureur cycliste nordiste Jean STABLINSKI atteint à Salo, dans les Alpes italiennes, le sommet de sa carrière sportive en décrochant le maillot de champion du monde. Un jour de gloire dont on se rappelle toujours avec émotion chez les STABLINSKI.

PAR CHRISTIAN CANIVEZ
Endireplus@lavoixdunord.fr PHOTO ARCHIVES " VOIX DU NORD "

Un quartier résidentiel d'Aulnoye-les-Valenciennes. Un panneau indiquant le complexe sportif Jean-Stablinski montre qu'on n'est pas loin du but. Nous sommes sur les terres de " Stab ". Stablinski le renard, Stablinski le sorcier.
Arrivé à la villa Arc-en-ciel, plus de doute. Genia et Jacques sont là. L'épouse et le fils aîné du champion. Ce dernier a disparu il y a déjà trois ans mais demeure partout présent dans la maison.
À commencer par le nom de celle-ci, choisi forcément en souvenir de ce fameux jour où il conquit le maillot arc-en-ciel, celui de champion du monde.
" Il ne pouvait décemment pas appeler sa maison villa Salo, ça aurait jasé… ", glisse Jacques avec malice.
Salo, c'est pourtant bien là que tout va se jouer.
Nous sommes le dimanche 2 septembre 1962. La petite ville des Alpes italiennes, au bord du lac de Garde, est en effervescence. Ce soir sera couronné ici un champion du monde.
Les meilleurs coureurs cyclistes d'alors sont là : le Belge Rik Van Looy, l'Irlandais Seamus Elliott, l'Allemand Wolshohl, l'Italien Balmanian… Et puis les Français Darigade, Poulidor, Groussard, Anquetil et celui vers qui les regards se tournent de plus en plus depuis quelque temps, le jeune champion de France Jean Stablinski.
Une première en Eurovision
" Il n'y avait que des seigneurs ce jour-là ", commente Jacques, qui n'avait que six ans à l'époque et allait vivre l'événement à Raismes, chez ses grands-parents, grâce à la magie d'une diffusion en Eurovision, une première pour un événement sportif.
" Nous étions arrivés la veille à Salo, se rappelle Genia, qui, elle, avait pu accompagner son mari. C'était la première fois que je prenais l'avion, une Caravelle. Nous étions partis avec le couple Anquetil. Ces championnats du monde, Jean s'y était préparé. Il y croyait. Il les voulait. Les quinze derniers jours avant la course, il s'était entraîné comme un fou, je le suivais en voiture. Il était très courageux.
" Ce matin du 2 septembre. Il fait déjà très beau et chaud sur Salo.
" Bien sûr, les femmes des coureurs ne pouvaient pas dormir avec leur conjoint, poursuit Genia. Mais avec l'épouse de Jacques Anquetil, nous avions réussi à obtenir une chambre sur le même palier que nos maris. Mme Anquetil a bravé l'interdit et est allée rejoindre son mari le soir tandis que moi je suis restée dans ma chambre. Le lendemain, juste avant le départ, Jean faisait la tête : "Si je gagne cette course, tu ne montes pas sur le podium" me lança-t-il. Il avait très mal pris le fait que je ne le rejoigne pas… " La course est lancée vers 10 h du matin. Un circuit en boucle de 280 km que les coureurs avaleront en sept heures environ.
Stablinski n'aime pas faire la différence sur la fin. À 110 km de l'arrivée, il lance une échappée. " Il allait les chercher très loin, ses victoires ", commente Jacques, qui fut lui aussi champion de France cycliste amateur.
Dans le peloton qui s'est formé, l'Irlandais Elliott attaque en premier. Stablinski contre-attaque. À 3 km de l'arrivée, catastrophe : Stab a crevé.
On lui fournit un vélo trop grand pour lui. Malgré tout, il franchit la ligne d'arrivée en tête.

Le triomphe de Stablinski
Sur le podium, c'est de la folie. Le magnéto qui devait diffuser La Marseillaise tombe en panne. " On l'a alors tous chantée ! ", se souvient avec émotion Genia, que son mari a finalement accepté d'accueillir à son côté. " Il n'était pas très expansif. Il montrait peu ses sentiments. Le soir, on a fait un petit festin avec toute l'équipe de France pour fêter son maillot arc-en-ciel.
" Au même moment, devant la maison familiale, à Raismes, la fanfare municipale est spontanément venue interpréter l'hymne national. " Un souvenir merveilleux " pour Jacques. S'en suit toute une série d'honneurs divers et variés. " Papa est revenu à Valenciennes en décapotable. J'étais dedans et je saluais la foule moi aussi. Sur la maison, une banderole "Gloire à notre champion du monde" avait été installée. Ma fierté était immense. " Le 9 septembre 1962, Jean Stablinski fait à Valenciennes des tours d'honneur devant un stade Nungesser plein à craquer. " Mon père, en gagnant ce championnat du monde, avait gagné, comme il le disait, son passeport pour la vie. " o

Actuellement, autour de Jean Stablinski : exposition jusqu'au 5 juin à l'hôtel de ville de Cambrai, entrée libre.

Sortie en librairie de " Jean Stablinski, une vie extraordinaire ", par Cathy Stablinski et Pascal Sergent, aux éditions Alan Sutton (22 E).

Organisation aujourd'hui de la randonnée Jean-Stablinski (3 parcours route et 2 VTT) au départ du site minier d'Arenberg. www.jeanstablinski.info

o 1932.
Naissance de Jean Stablinski à Thun-Saint-Amand, dans la cité du Maroc. Son père, Martin, est arrivé huit ans auparavant de Pologne : il travaille dans une zinguerie. o
1947. Achète son premier vélo de course grâce à l'argent récolté en jouant de l'accordéon dans les bals. Emporte sa première course à Gaurain-Ramecroix. Prend la nationalité française.
o 1950. Entre à la mine et arrête la compétition cycliste.
o 1952. Service militaire à Verdun. Remonte à vélo et devient champion de France militaire.
o 1953-1968. Carrière cycliste professionnelle. Gagne 105 courses. Est champion du monde en 1962 et quatre fois champion de France en 1960, 1962, 1963 et 1964. Gagne le Tour d'Espagne 1958 et cinq étapes au Tour de France.
o 1969-1975. Dirige l'équipe pro Sonolor Lejeune.
o 1976. Crée sa marque de cycles.
o 2007. Décède à Aulnoye-les-Valenciennes.
o 2008. Une stèle à sa mémoire est érigée au bord de la tranchée d'Arenberg : c'est Jean Stablinski qui a eu l'idée de proposer un secteur pavé aux organisateurs de la course Paris-Roubaix.

À 3 km de l'arrivée, catastrophe : Stab a crevé.
On lui fournit un vélo trop grand pour lui...

L'observateur Du Valenciennois Du 28.05.2010 - WALLERS.ARENBERG

Cliquez Sur L'article Pour L'agrandir

L'observateur Du Valenciennois Du 4.06.2010 - THUN SAINT AMAND

Cliquez Sur L'article Pour L'agrandir